#798 : La surface de Cérès extrêmement carbonée

La surface de Cérès serait extrêmement carbonée, d'après les dernières données obtenues par la sonde Dawn. C'est ce qu'une équipe de chercheurs du Southwest Research Institute vient de conclure. La croûte de Cérès apparaît ainsi avoir une concentration en carbone plusieurs fois plus forte que ce qu'on trouve sur les météorites primitives.

Vlog #3 – Quand est ce qu’on biaise ? (Livre)

Présentation du livre de Mendax qui sort le 9 janvier. « Quand est-ce qu'on biaise ? » est la question qu'on doit se poser quand on prend conscience de toutes les erreurs systématiques que nous commettons si nous ne prenons pas soin de corriger notre ...

La cuisine note à note recrée-t-elle des aliments à partir de produits chimiques ? La réponse est non

Hier soir, un groupe d'étudiantes intéressées par la cuisine note à note, qui proposaient comme définition : La cuisine note à note recrée-t-elle des aliments à partir de produits chimiques. Est-ce cela ? Non, mais l'erreur est vénielle, et, d'autre part, on peut toujours d'un petit mal un grand bien, à savoir donner des éclaircissements. Et puis, c'est une méthode toute simple : il s'agit seulement de se demander ce que signifient les mots. La cuisine ? C'est la préparation... Lire la suite

La «nature vivante», art universel au Paléolithique supérieur?

Dans ce qui suit, je vais arguer que dans le cours de l'expansion d'Homo sapiens partout en Eurasie, les premières œuvres picturales de l'humanité furent toutes ce que je nomme des natures vivantes, c'est-à-dire des représentations symboliques ou figuratives de phénomènes (ou de forces) de la nature, qui depuis le point de vue des Paléolithiques étaient à l'origine de son animation.  Pourquoi ce terme de Nature vivante? N'étant pas historien de l'art, j'ai sans doute été très naïf dans son... Lire la suite

Optimiser le régime pour la santé, la performance, par le jeûne, avec le microbiote… Review dans Science

Pourquoi est-ce si difficile de se faire une opinion a propos des régimes et de l'alimentation ?

Cover image expansion
S'il y a un débat où il est difficile de se faire une opinion, où les modes se succèdent, où les tenants de chaque nouveau régime ou approche revendiquent tous un fondement scientifique, c'est bien la diététique !
Comme les plans d'étude attribuent à l'enseignement des sciences le rôle d'aider à comprendre, expliquer et participer aux décisions on comprend la difficulté des enseignants à synthétiser ce domaine mouvant afin de préparer leurs cours, guider les élèves et répondre aux questions.
Fig 1 à droite :  [img] PHOTO: SCOTT SUCHMAN; STYLING: NICHOLE BRYANT
Une des difficultés tient à la nature des  savoirs scientifiques, des affirmations qui annoncent leurs limites, qualifient leurs degrés de certitude. Traduire cela en recommandations et en prescriptions, en régimes ou en choix personnels, c'est inévitablement perdre cette qualité scientifique pour tomber dans une certitude : je fais  ce régime ou je fais un autre.  Au risque que cette décision soit remise en question avec le progrès de la recherche...
C'est sans doute ce qui justifie la formulation des plans d'étude : il s'agit d'aider à décider, à distinguer ce qui est bien établi de ce qui fait débat, de prendre en compte ces résultats pour décider - en se souvenant sur quelles bases on a décidé et se préparer à réviser dans le futur. 
Que sait-on vraiment sur les effets sur la santé et l'indice de masse corporelle de ces régimes. Alors que de tous bords on entend que c'est "scientifiquement prouvé que…" (Pour ma part dès que je lis ça j'en déduis que ce qui va suivre n'est pas très rigoureux…)
Quatre Reviews dans la revue Science font le point sur ce qui est plutôt bien établi par un consensus et de nombreuses recherches avec leurs nuances et ce qui ne l'est pas et fait encore débat.

Optimiser le régime pour la santé, la performance, par le jeûne, avec le microbiote…

Maximum performance or            maximized health benefits require a nutritious mix of foods in            the diet.Ce dossier comprend quatre Review :
  • Ludwig, D. S. et al. (2018) nomment leur article : Dietary fat: From foe to friend?  (les graisses: ami ou ennemi ?) Jusqu'à récemment les graisses étaient l'ennemi de la santé et d'une silhouette favorable. On a distingué ensuite des types de graisses (saturées, insaturées, Oméga-3, etc.). Certains proposent maintenant de réduire les glucides massivement au profit de lipides, (régime cétogène). Ces scientifiques spécialisés dans divers domaines de la nutrition synthétisent  les données existantes afin d'identifier les points sur lesquels un large consensus s'est dégagé et ceux sur lesquels des controverses persistent concernant les macronutriments et les maladies chroniques.
    Fig 2: a droite  [img]. Source :PHOTO: SCOTT SUCHMAN; STYLING: NICHOLE BRYANT
  • Francesco, A. D., et al.(2018) font le point sur les effets du jeûne en fonction de sa durée, de son type ( restriction calorique, restriction temporelle de l'alimentation, régimes similaires au jeûne, …) de sa périodicité  , du type de personnes et de leur régime.
  • Gentile, et al  (2018) examinent les effets du régime alimentaire sur le microbiote; Le régime alimentaire est inextricablement lié à l'obésité, le diabète type 2, et les maladies cardio-vasculaires, mais ce que nous mangeons nourrit aussi ces innombrables hôtes de notre tube digestif qui transforment et modifient ce qui sera absorbé. Le microbiote est de plus en plus vu comme un acteur incontournable qui sous-tend uen large part des effets du régime sur la santé et la maladie.
  • Burke, L. M., et al. (2018) dissèquent les approches nutritionnelles pour une performance optimale, mettant en évidence la contribution de la science sportive moderne aux médailles d'or et aux titres mondiaux. En dépit d'une croyance durable en un «régime athlétique» unique et supérieur, ils mettent en évidence la diversité des pratiques de nutrition sportive chez les athlètes performants en rapport avec la spécificité des demandes métaboliques de différents sports et du calendrier des objectifs d'entraînement et de compétition. Les controverse et désaccords parmi les experts en nutrition sportive reflètent la diversité des besoins selon les domaines et les différences dans les pratiques des athlètes. 

Alors ce sont maintenant les glucides qui sont l'ennemi de la santé et de la ligne, et les lipides les alliés ?

Quelques extraits du review par Ludwig, et al. (2018).  Depuis longtemps les conseils diététiques étaient fondés sur le principe que des apports élevés en lipides seraient la cause de l'obésité, du diabète, des maladies cardiaques et peut-être du cancer. Récemment, les preuves des effets néfastes sur le métabolisme des glucides transformés ont suscité un regain d'intérêt pour des régimes à faible teneur en glucides et à haute teneur en matières grasses ou cétogènes - un type  de régime alimentaire pauvre en glucides où les lipides fournissent typiquement ≥ 70% de l'énergie. Cependant, certains chercheurs font valoir que la quantité relative de graisses et d'hydrates de carbone alimentaires a peu d'importance pour la santé et que ce qui importe ce sont les sources de graisse ou d'hydrates de carbone qui sont consommées.

Les auteurs font le point sur les limites et potentiels  des régimes cétogènes, leur adéquation à certains types de personnes.

Ils discutent ensuite ce qu'on sait sur la nature des graisses consommées (acides gras poly- ou mono-insaturés, saturés, trans-, etc) et les effets sur l'obésité et le diabète, le cancer, etc.

Jump to science vous encourage à consulter l'article d'origine Ludwig, et al. (2018).

Pour vous donner envie, voici quelques extraits
une image vaut mille mots ... mais peut          être interprétée de mille manières
Fig 1: Variation de la mortalité associée aux types d'acides gras : un incrément de 2% de trans est associé à une augmentation de la mortalité de 20% [img]. Source :

Consensus et controverses

L'article relève ce qui fait encore débat (les effets des ratio glucides/lipides dans divers cas d'apports énergétiques et de masse corporelle,  leur effet à long terme, leur influence en fonction de facteurs génétiques et phénotypiques, l'observance (respect effectif du régime), les effets environnementaux). Cf Box1
Ils résument en un tableau (Box2 ) ce qui fait consensus. Il y a consensus sur le fait que les acides gras trans sont néfastes. Ceux issus de transformations industrielles pour donner des propriétés intéressantes (solidité à température ambiante, longue conservation) comme les margarines ont montré "dans de multiples études à grande échelle leur association directe au risque de maladie coronarienne et d'autres maladies chroniques." Ludwig, et al. (2018) notre traduction. 
Points de consensus (extraits) .

1. En mettant l'accent sur la qualité des éléments nutritifs, il est possible de parvenir à une bonne santé et à un faible risque de maladies chroniques pour de nombreuses personnes qui suivent un régime avec un large éventail de ratios glucides-lipides.

2. Le remplacement des graisses saturées par des graisses insaturées d'origine naturelle est bénéfique pour la santé de la population en général. Les gras trans d'origine industrielle sont nocifs et devraient être éliminés. Le métabolisme des graisses saturées peut varier selon le régime alimentaire pauvre en glucides, une question qui nécessite encore des recherches.

3. Le remplacement des glucides hautement transformés (y compris les céréales raffinées, les produits à base de pommes de terre et les sucres libres) par des glucides non transformés (légumes sans légumineuses, fruits entiers, légumineuses et céréales complètes ou peu transformées) est bénéfique pour la santé.

4. Les facteurs biologiques semblent influer sur les réponses aux régimes alimentaires de différentes compositions en macronutriments. Les personnes ayant une sensibilité à l'insuline et une fonction des cellules β relativement normales peuvent bien se nourrir avec des régimes comportant un large éventail de ratios glucides-lipides; ceux qui ont une résistance à l'insuline, une hypersécrétion d'insuline ou une intolérance au glucose peuvent bénéficier d'un régime alimentaire pauvre en glucides et en gras.

5. Un régime cétogène peut conférer des avantages métaboliques particuliers à certaines personnes présentant un métabolisme anormal des glucides, cela devrait être confirmé par une étude à long terme.

6. Des régimes bien composés, faibles en glucides et riches en graisses, ne nécessitent pas de fortes consommations de protéines ou de produits d'origine animale. Il est possible de réduire la consommation de glucides en remplaçant les céréales, les féculents et les sucres par des huiles végétales non hydrogénées, des noix, des graines, des avocats et d'autres produits végétaux riches en graisses.

Et le microbiote ? 

Gentile, C. L., & Weir, T. L. (2018) discutent comment les nutriments ingérés sont essentiels non seulement pour la santé humaine, mais également pour la santé et la survie des milliers de milliards (ils disent trillons) de microbes présents dans les intestins. L'alimentation est un élément clé de la relation entre l'homme et ses résidents microbiens. Les microbes intestinaux utilisent les nutriments ingérés pour leurs processus biologiques fondamentaux, et les métabolites de ces processus peuvent avoir des effets importants sur la physiologie humaine. Des études chez l'homme et des modèles animaux commencent à révéler les fondements de cette relation, et de plus en plus d'indices suggèrent qu'elle pourrait sous-tendre certains des effets plus importants de l'alimentation sur la santé et la maladie humaines.

Jump-to-science encourage le lecteur à consulter le  Special Issue Diet and Health : optimizing metabolism

(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles… mais pour une fois …  les autres aussi ! ).

Références:

Donner

Pourquoi donner ? Qu'est-ce qu'un don ? Martine Pelletier, chercheuse à l'Université de Sherbrooke répond à nos questions ce soir dans la dernière émission de l'année. Découvrez également une nouvelle chronique mathémathique avec Nadia Lafrenière et S...

Quand est-ce qu’on biaise ?

L’adaptation papier de l'Arc 1 de La Tronche en Biais reprend et augmente le contenu des épisodes pour explorer les raisons de nos si fréquents accès d'irrationalité.

Cet article Quand est-ce qu’on biaise ? est apparu en premier sur La Menace Théoriste.

Un dinosaure intelligent ! Débunkage et Pénitence #5

Les dinosaures auraient-ils pu devenir intelligents ? Et si oui, sont-ils des reptiliens illuminatis egyptiens ? Facebook: https://www.facebook.com/Stopscience/ Twitter: https://twitter.com/PaleonewsFrance

356 Faut-il manger moins de produits animaux?

Végétarien, végétalien, véganisme… les nouveaux régimes alimentaires foisonnent ces dernières années. Ils hérissent le poil des uns, tiennent à coeur pour d’autres, font débat aux soirées dans certains groupes d’amis et font de la conception du menu d...

Saturday Morning Breakfast Cereals en francais ! : Blague, in : remonter le temps