Le choix du bourdon

Objet de nombreuses observations, l’évolution se prête à l’expérience aussi… Pour mener à bien celle dont je vais vous parler Continue reading

Beautiful Science #7

Enfin un nouveau billet ! Non, ce blog n'est pas à l'abandon. Il se trouve simplement que je me suis lancé dans une expérience personnelle extrêmement chronophage, qui consiste, en gros, à permettre à une partie de mon ADN de me survivre. Le proj...

289 FameLab 2017

Pour cette épisode un peu spécial, nous retranscrivons la finale du concours Famelab France 2017. FameLab est un concours international de communication scientifique, présent dans 25 pays dans le monde, dans lequel chaque candidat, jeune chercheur, enseignant de science ou ingénieur, présente un concept scientifique au grand public en trois minutes chrono. Il est noté par un jury de spécialistes selon trois critères : contenu, clarté, charisme. La finale Famelab 2017 est au couleurs du podcast puisque 1. La soirée est animée par Alan. 2. Tous les membres du jury sont passés sur le Podcast au moins une fois ! 3. Nous faisons de cet événement une soirée radio-dessinée avec nos amis de Strip Science ! Les images de la soirée : http://www.podcastscience.fm/emission/2017/03/26/podcast-science-289-finale-famelab-2017

La vulgarisation extrême ... "Ma thèse en 180 secondes"


La vulgarisation comme action éducative ou comme déclencheur de l'activité apprenante…

L'éducation aux sciences est traversée par une tension entre deux approches : l'une considère qu'il faut simplifier pour rendre le complexe accessible aux élèves / étudiants et s'intéresse à la qualité des propos de l'enseignant-e, de ses documents, de sa mise en scène. Le focus est sur l'enseignant-e. C'est un modèle centré sur la transmission. L'autre considère qu'il faut aider les élèves / étudiants à accéder à la complexité, et s'intéresse à ce qu'on arrive à faire faire à l'élève, comment organiser les activités individuelles ou en groupe pour développer les connaissances scientifiques. Il mesure ce que l'élève est en train de comprendre et le stimule pour produire des changements conceptuels. C'est un modèle centrés sur la construction des connaissances. La recherche a massivement confirmé le deuxième, mais la manière d'appliquer dans les pédagogies ces résultats de recherche sur le fonctionnement de l'apprentissage fait encore débat.


"le « péché » le plus grave qu'un enseignant puisse commettre est de simplifier la plupart des idées enseignées aux élèves afin de faciliter leur transmission. Une trop grande simplification déconnecte les savoirs de leur contexte, leur ôtant une grande part de leur sens, et encourage l'illusion confortable que le monde serait simple et cohérent." (Jonassen, 2003), Trad personnelle.
Dans une perspective, la concision extrême est le signe d'une maîtrise exceptionnelle. Dans l'autre la synthèse excellente empêche le travail de synthèse chez l'élève, le travail qui construit la pensée scientifique. Cependant dans les deux perspectives l'analyse de la vulgarisation peut susciter le questionnement, l'envie d'aller plus loin que les conclusions agréablement mises en valeur par d'autres, pour approfondir; qualités nécessaires pour les études scientifiques.

"Sa grande qualité était l'aptitude à goûter l'étrangeté qui marque l'esprit des véritables chercheurs." Morris, D. (1980).
Les lecteurs de Bio-tremplins ont pu sentir que la particularité de cette publication est de s'inscrire dans la seconde perspective : plutôt que vulgariser, elle donne envie d'aller vers les articles d'origine avec leur complexité. 
 
Par ailleurs la vulgarisation peut atteindre d'autres buts comme stimuler l'intérêt, motiver aux sciences, faire connaitre certaines recherches ou les valeurs de la recherche.

Venez vous faire une idée  :

Madame, Monsieur,
L'Université de Genève organise pour la deuxième année consécutive la finale régionale du concours de communication scientifique "Ma thèse en 180 secondes". 
Quatorze personnes, toutes doctorant-e-s à l'UNIGE, se sont portées candidates. Ce concours implique de leur part la présentation à un public élargi, et en seulement 180 secondes, d'un exposé concis, clair et convaincant de leur sujet de recherche.
Je serais heureuse de pouvoir vous accueillir à cet événement, durant lequel vous aurez l'occasion d'assister aux présentations et soutenir les candidat-e-s en votant pour le prix du public, le 
Mardi 28 mars 2017 – 18h
UNI DUFOUR, salle U300
Entrée libre
A l'issue du concours, le jury sélectionnera les trois candidat-e-s qui seront élu-e-s lauréat-e-s de l'édition 2017. Ils et elles seront ainsi qualifié-e-s pour la finale nationale, que l'Université de Genève aura le plaisir d'accueillir le 18 mai prochain.
Toutes les informations sur unige.ch/mt180
Vous serez les bienvenu.e.s pour soutenir les candidat.e.s et en attendant, je vous prie de recevoir, Madame, Monsieur, mes meilleures salutations.
Micheline Louis-Courvoisier
Vice-rectrice


Sources :
  • Jonassen, D. H. (2003). Learning to Solve Problems with Technology: A Constructivist Perspective. Upper Saddle River NJ USA: Merrill Prentice Hall.
  • Morris, Desmond, 1980, La fête Zoologique, Calmann-Lévy

Veille de blogs du 20/03 au 26/03/2017

La semaine précédente, sur le Café des Sciences L’image de la semaine : Vu sur Cortex Mag dans Maladie d’Alzheimer : les émotions ont-elles encore un effet sur la mémoire ?   Les articles : Maladie d’Alzheimer : les émotions ont-elles encore un effet sur la mémoire ? par Benoît de la Fonchais sur Cortex […]

Quand on aura 60 ans. Partie 3 : Des évènements tragiques

Dans l’épisode précédent de leur récit, Florian et Jonathan trouvent une opportunité unique pour blanchir leur argent de trafic illégal de minerais en investissant dans des projets de développement dans une République Populaire du Katanga récemment indépendante. III. Des évènements tragiques Florian s’étant remarié deux fois, il a eu 4 enfants, 3 filles et 1 […]

Cet article Quand on aura 60 ans. Partie 3 : Des évènements tragiques est apparu en premier sur De la science sauvage pour des cerveaux en ébullition.

Vivant, art et maths : langage et objets

Voici donc mon 2e post consacré aux maths dans ce blog. Le premier est paru, il y a juste un an (consacré aux fractales) et pour cause, c’était à l’occasion de la semaine des mathématiques du 14 mars au 20 mars.…

Read more →

De l’intérêt de lire Dans l’œil du pigeon de Luc-Alain Giraldeau étant donné les attaques religieuses contre la théorie de l’évolution

Un préjugé court en France: tandis que les Américains se trumpent en s'empêtrant dans de vaines remises en cause de la théorie de l'évolution, les Français – cartésiens, donc rationnels… – n'auraient guère de difficultés à admettre les idées darwiniennes. De fait, les polémiques à propos des découvertes de Darwin et Wallace, sont rares de ce côté ci de l'Atlantique. De plus, des notions de théorie de l'évolution ont fait leur entrée dans les programmes des terminales scientifiques françaises dès... Lire la suite

Des archéologues chinois découvrent un trésor mythique

Lingot d’or gravé, trouvé dans la rivière Min, en Chine. © Li He/Agence Chine nouvelle.

PARFOIS, par la grâce de l’archéologie, de vieilles histoires tellement incroyables qu’elles en sont devenues des légendes reprennent vie et corps, perdant du même coup leur caractère mythique. C’est, si l’on en croit l’Agence Chine nouvelle, ce qui vient de se produire en Chine, dans la province du Sichuan, avec la découverte, dans le lit d’une rivière, du trésor englouti de Chang Hsien-chung (dont le nom est aussi retranscrit sous la forme Zhang Xianzhong).

Les faits historiques d’abord. Nous approchons du milieu du XVIIe siècle, en Chine. Entre crise politique, crise climatique et agricole, et invasion des Mandchous au nord, la dynastie Ming est en train de s’effondrer. Chang Hsien-chung est un ancien soldat qui, sur fond de révoltes paysannes, profite de l’extrême faiblesse du régime pour monter sa propre armée et se livrer à des razzias. Comme le relate une petite monographie de 1957, publiée dans le Journal of Asian Studies, à partir de 1643, les ambitions du rebelle prennent une autre ampleur tout comme son armée qui grossit pour passer de quelques milliers d’hommes à environ 100 000  soldats : Chang Hsien-chung veut son royaume.

En 1644, après avoir été défait dans le Hunan, il jette son dévolu sur la province du Sichuan qu’il va rapidement conquérir puis tenter de gouverner avec ce que ses opposants décrivent comme une sauvagerie rare. Même si le bilan, en termes de mortalité humaine, de son très court règne est impossible à faire précisément, il est probable que plusieurs centaines de milliers de personnes perdirent la vie, sans compter toutes celles qui fuirent la province sous le régime de terreur instauré par Chang Hsien-chung. Incapable de gouverner le territoire et peut-être parce que la province, exsangue, ne peut plus nourrir son armée, il veut, à la fin de 1646, l’abandonner et s’installer dans le Shaanxi voisin, d’où il est originaire. Ce n’est évidemment pas du goût des nouveaux maîtres de la Chine, les Mandchous (dynastie Qing). En fait, Chang Hsien-chung n’arrivera jamais dans le Shaanxi. Trahi par un de ses officiers, il est attaqué et tué en janvier 1647.

Un pactole englouti

La légende ensuite. Comme le rapporte la dépêche de l’Agence Chine nouvelle, il est dit qu’en 1646, alors que Chang Hsien-chung faisait transporter son trésor de guerre par bateaux vers le sud du Sichuan, le convoi fut attaqué sur la rivière Min. Un millier d’embarcations auraient sombré et le pactole du chef de guerre avec elles. Depuis lors, la rumeur d’un trésor englouti courait dans la province…

Mais il y avait visiblement plus qu’une rumeur. En 2005, des ouvriers travaillant sur la berge de la rivière découvrent sept lingots d’argent. Cinq ans plus tard, le gouvernement décide que la zone doit être protégée mais il se passe encore des années avant qu’on envisage des fouilles. Les pilleurs n’ont bien sûr pas la patience des archéologues et profitent du délai pour plonger dans la rivière et récupérer ce qu’ils peuvent du trésor. L’Agence Chine nouvelle rappelle qu’après une longue enquête, la police arrête, en 2015, 31 personnes et confisque des milliers de pièces d’or et d’argent, ainsi que des lingots et du matériel de plongée.

© Li He/Agence Chine nouvelle.

L’archéologie enfin. Face à l’impossibilité de surveiller ce qui se passe sous la surface de la Min, il est donc décidé de fouiller le site. Les travaux ont commencé en janvier et doivent se poursuivre jusqu’en avril. Ainsi que le montre la photo ci-dessus, les archéologues chinois ont choisi de ne pas plonger. Ils ont attendu la saison sèche, procédé à de gros travaux de terrassement et installé plusieurs pompes pour drainer le site jour et nuit. Le lit de la rivière est ainsi apparu à l’air libre sur plusieurs centaines de mètres et une zone d’un total d’un hectare a déjà été fouillée.

Bijoux. © Li He/Agence Chine nouvelle.

Pièces en or. © Li He/Agence Chine nouvelle.

Pour l’heure, plus de 10 000 objets ont été trouvés. Cela « inclut de grandes quantités de pièces d’or, d’argent et de bronze, des bijoux et des armes en fer comme des épées, des couteaux et des lances », a déclaré Gao Dalun, directeur de l’Institut de recherche archéologique du Sichuan. Pour Li Boqian, archéologue à l’université de Pékin, « ces objets sont extrêmement précieux pour la science, l’histoire et l’art. Ils sont d’une grande importance pour la recherche sur la vie politique, économique, militaire et sociale sous la dynastie Ming. » Finalement, le sanguinaire Chang Hsien-chung aura, à son corps défendant, servi à quelque chose…

Pierre Barthélémy (suivez-moi ici sur Twitter ou bien là sur Facebook)

Des archéologues chinois découvrent un trésor mythique

PARFOIS, par la grâce de l’archéologie, de vieilles histoires tellement incroyables qu’elles en sont devenues des légendes reprennent vie et corps, perdant du même coup leur caractère mythique. C’est, si l’on en croit l’Agence Chine nouvelle, ce qui vient de … Continuer la lecture